Chargement...

Accueil

Bienvenue sur le site du magalivre (magazine-livre) Poeticon.

Le Poeticon est une publication qui propose un angle de vue poétique tout en images et en mots. La poésie dans tous ses états…
Les curieux y trouveront de la matière à réflexion et les poètes (photographes, peintres, écrivains, cinéastes, cuisiniers, magiciens,…) y trouveront aussi une place pour créer et proposer. Les pages de Poeticon sont ouvertes à ceux qui le désirent.
Le site Poeticon donnera aussi de temps en temps à lire des compléments exclusifs qui ne sont pas dans le magalivre en papier…

Poeticon n°3

Jacques Mercier

Oscar Haus

Jean-François Spricigo

Frédéric Tentelier

Isa Marcelli / Jacky legge

Poeticon n°2

Philippe Mathy, poète

La Poésie et l'Iran par Jacky Legge

Sophie Rousseau et Jean-Pierre Nicol

Alexis Lippstreu et la Fondation Paul Duhem

Guillaume Ledent : le Mot-dit

Colette Nys-Mazure

Poeticon n°1

Patricia Gérimont, le musée Kadioute

Jofroi, poète-chanteur

Laurent Quillet, artiste des mots

André Huet, charivari

Anne-Sophie Costenoble, photographe

Doel, photos d'Iris Van Dorpe

Poeticon n°0

Michel Monnereau, écrivain

Tournai, Ville en Poésie 2017

Annette Masquilier

C’est à lire…

Alexis Lippstreu et la fondation Paul Duhem

Une fondation pour sauvegarder, étudier et diffuser un patrimoine artistique d’exception.

Alexis Lippstreu, Sans titre (tiré du Déjeuner dans l'atelier d’Edouard Manet), nd, crayons gris sur papier, 55 x 73 cm
Alexis Lippstreu, Sans titre (tiré du Déjeuner dans l’atelier d’Edouard Manet), nd, crayons gris sur papier, 55 x 73 cm.

Créée en 2016, la Fondation Paul Duhem est une émanation de l’atelier dessin et peinture du Centre La Pommeraie (Beloeil), animé par l’artiste Bruno Gérard.
Complémentaire aux institutions muséales, elle vise avant tout à être le réceptacle d’œuvres en péril suite au départ de l’animateur, du changement de la direction ou du fait d’une modification de politique pédagogique interne au centre pour personnes handicapées. Ayant connu plusieurs cas de destruction d’une partie ou de l’ensemble des travaux de personnes fragilisées, Bruno Gérard s’est rendu compte de la vulnérabilité de ces productions artistiques. La Fondation Paul Duhem est ainsi née de l’interrogation : « Que vont devenir toutes les œuvres produites par ces artistes ? ». Lire la suite