Patricia Gérimont, le Musée Kadioute

Musée Kadioute
consacré à la culture Diola,
Diembering, Casamance – Février 2017

Dès qu’on quitte Cap Skiring, sa longue plage colonisée par un chapelet de villas et d’hôtels dont certains ne sont plus que ruines, signe tangible de jours difficiles ; dès qu’on tourne le dos au Club Med et à ses animations de pacotille dans lesquelles des artistes locaux accrédités se trémoussent devant des mémères débordant de leur maillot deux pièces ; dès qu’on renonce à fréquenter les bazars et les bars où des jeunes gens, beaux comme des sculptures d’Ousmane Sow, vous offrent leur amour dans l’espoir de décrocher un aller simple pour l’Europe, on pénètre réellement en Casamance, une région rurale à l’extrême sud du Sénégal.

Par une route plate, bordée de maisons basses aux toits de tôles rouillées, on s’éloigne en direction de Diembering. À l’entrée du village de Boukot, un panneau discret vous signale l’existence d’un musée de la vie traditionnelle. Vient alors à l’esprit l’image d’un lieu poussiéreux où s’empilent des objets usuels et quelques vieux fétiches.

Si néanmoins, poussé par une saine curiosité, on emprunte la piste sablonneuse qui y mène, la surprise est totale. Pas de mur en banco, ni de toit de chaume pour ce musée. Il est logé dans une cathédrale végétale dont les troncs des immenses fromagers constituent les pilastres. Après quelques instants d’attente, sortant des frondaisons, un jeune homme androgyne, drapé d’une toge rouge, vous accueille. C’est le conservateur. Chaque salle du musée est formée par les racines gigantesques d’un fromager. De tronc en tronc, on s’initie aux us et coutumes des Diola.
Ici, au milieu de cette forêt, la présence sensible de l’esprit des ancêtres est palpable.

Patricia Gérimont

Laisser un commentaire